La fibromyalgie : une affection complexe qui fait souffrir

fibromyalgie

Fibro pour tendons, my pour muscles et algie pour douleur, la fibromyalgie est une maladie qui fait énormément souffrir les personnes qui en sont atteintes. Cette rubrique vise à vous renseigner sur cette affection malheureusement fréquente en pratique médicale.

Une maladie hautement invalidante

Nommée selon les époques syndrome polyalgique idiopathique diffus, rhumatisme musculaire chronique, rhumatisme psychogène, fibrosite, le syndrome fibromyalgique (appellation couramment utilisée aujourd’hui) est reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé depuis 1992. Maladie complexe et encore très mal comprise, elle se caractérise par la présence de douleurs ou de sensations de brûlures touchant l’ensemble du corps, de manière diffuse et chronique. Ces maux sont ressentis avec plus d’ampleur encore suite à un effort, à l’exposition au froid ou à l’humidité ou à un choc émotionnel. L’évolution de la maladie est progressive avec, tour à tour, des phases d’aggravation, de stabilité et de répit. Si elle n’est pas grave en tant que telle, c’est-à-dire qu’elle ne conduit pas à un déconditionnement important ou à une perte d’autonomie, elle n’en demeure pas moins difficile à supporter pour les individus aux prises avec ses symptômes.

Bien que le syndrome fibromyalgique partage plusieurs signes avec le syndrome de fatigue chronique – autrement nommé encéphalomyélite myalgique – les deux maladies sont distinctes. Comme nous allons le voir plus loin, dans le cas du syndrome fibromyalgique, c’est la douleur qui est prédominante, tandis que dans le cas du syndrome de fatigue chronique, c’est plutôt la fatigue qui constitue le facteur clé.

Sa prévalence

Le syndrome fibromyalgique atteint près de 3 % de la population mondiale et entre 1,3 et deux millions de Français. Il touche quatre fois plus de femmes que d’hommes, âgées entre 30 et 50 ans. Certaines formes cliniques peuvent aussi faire leur apparition dès l’enfance ou à l’adolescence. L’affection ne porte atteinte à aucun groupe ethnique en particulier.

Ses symptômes

La fibromyalgie est en majeure partie caractérisée par la douleur, la fatigue et les troubles du sommeil. À ces symptômes peuvent s’ajouter une hyperacuité sensorielle, des migraines et des maux de tête, des troubles digestifs, le syndrome de la vessie douloureuse (cystite interstitielle), des troubles cognitifs mineurs…

La douleur

Omniprésente, la douleur – qui apparaît sous forme de raideurs et de points sensibles à la pression – est le symptôme principal du syndrome fibromyalgique. Cette douleur a tendance à toucher de manière plus intense les épaules, la région interscapulaire, les omoplates, la nuque, le bas du dos, les hanches. Elle peut également atteindre la figure, les mains, la plante des pieds, les genoux, les fessiers.

La fatigue

Le deuxième symptôme d’importance qui caractérise le syndrome fibromyalgique, c’est l’asthénie. Intense au lever, elle se définit surtout par une perte de force, de grande fatigabilité, d’une difficulté à maintenir la station debout immobile. Ce symptôme se répercute désavantageusement sur les activités professionnelles et sociales.

Les troubles du sommeil

Le sommeil, chez la personne atteinte du syndrome fibromyalgique, est agité et peu réparateur. Qui plus est, cette difficulté à trouver le repos a tendance à s’accrocher malgré les traitements institués.

Son traitement

Le syndrome fibromyalgique est une maladie difficile à diagnostiquer. Le diagnostic posé par les professionnels de la santé en est toujours un d’élimination, c’est-à-dire retenu lorsque les autres affections provoquant des douleurs chroniques diffuses sont éliminées.

Pour soulager les symptômes du syndrome fibromyalgique, une approche multidisciplinaire combinant traitements non médicamenteux et médicamenteux semble donner les meilleurs résultats.

Comme traitements non médicamenteux, l’activité physique ou sportive est vivement recommandée, tout comme certaines pratiques de méditation ou de relaxation, comme le yoga, le tai chi, le qi gong…, l’acupuncture ou encore les cures thermales.

En ce qui concerne les traitements médicamenteux, les médicaments les plus souvent utilisés sont certains types d’antalgiques et d’antiépileptiques, contre la douleur, les antidépresseurs, pour faire obstacle aux troubles du sommeil et à la fatigue qui en découle, les tranquillisants ou les hypnotiques, pour décontracter les muscles.